Eglise et tradition

Parlant des difficultés de l’Eglise Catholique Romaine à se réformer notamment durant Vatican II, Christian Duquoc dit ceci :

« L’autorité apparaît comme enchaînée par la mémoire habitant l’institution. Elle ne décide pas en fonction des problèmes actuels de la société ecclésiale, la tradition ayant déjà, avant tout débat, défini l’orientation. La tension actuelle entre le peuple chrétien et le contrôle magistériel provient de cette pratique de gouverne-ment qui, à tort ou à raison, passe pour archaïque. » (Christian Duquoc, « Je crois en l’Eglise ». Précarité institutionnelle et Règne de Dieu, Paris, Ed du Cerf, 2000, p. 60).

Si les chrétiens évangéliques disent volontiers que la plus grosse différence entre les protestants et les Catholiques est qu’ils se réfèrent plus volontiers à la Bible (Sola Scriptura) tandis que les seconds se réfèrent à la tradition, il n’en demeure pas moins que tous les chrétiens ont leur part de traditionalisme. Quel chrétien, souhaitant faire évoluer son Eglise sur un sujet, ne s’est jamais heurté à la phrase suivante : « On a toujours fait comme ça ! » ?

Qu’on le veuille ou non, la tradition a un côté rassurant et est parfois nécessaire. Par ailleurs, se rendre compte et s’avouer ses traditions, est un très bon départ pour pouvoir les dépasser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *